Conservation

Détection des chaleurs

Période propice à l'insémination

Comment inséminer

avec le GTB

avec le Gédis

TECHNIQUE / détection des chaleurs

 Détection des chaleurs

La vérification des chaleurs des truies devrait débuter le jour suivant le sevrage. Même si un nombre très restreint de truies démontrent des chaleurs si tôt, ceci aurait un effet stimulant qui raccourcirait l'intervalle sevrage-oestrus.

Les truies doivent être placées dans un environnement bien éclairé (au moins 300 Lux). La durée de la période de lumière est également importante et devrait être de 16 heures ou plus.

Les truies sevrées devraient être nourries à volonté, du sevrage au moment de la saillie, afin de stimuler leur taux d'ovulation.

La détection des chaleurs doit être effectuée à chaque jour; l'idéal étant de deux (2) fois par jour avec un intervalle d'au moins huit (8) à dix (10) heures entre chacune. La présence du verrat lors de cette opération est essentielle. Plus les truies sont exposées aux éléments reliés à la présence du verrat (vue, odeur, son et contact direct), plus elles manifesteront le réflexe d'immobilité caractéristique associé à l'oestrus.

Les signes reliés à l'oestrus chez la truie sont les suivants: vulve rouge et enflée, écoulement de mucus, perte d'appétit, grognement caractéristique, nervosité, recherche du verrat ainsi que réflexe d'immobilité et positionnement caractéristique des oreilles vers l'arrière lors d'une pression dorsale. Ces signes ne sont pas tous toujours présents simultanément et seul le réflexe d'immobilité, aussi nommé test du cavalier ou de chevauchement, constitue le point de référence de la détection des chaleurs pour déterminer le moment idéal pour effectuer l'insémination.